nouvelles

Une stratégie de contenu pertinente pour parler d’achat local: Quatre idées à retenir du Sommet 100% local

Le 25 février dernier, Cervidés a assisté au Sommet 100% local donné par Infopresse. Cette journée avait pour objectif d’explorer les nouvelles préoccupations et habitudes d’achat des consommateurs et consommatrices depuis la crise de la COVID-19. Ce nouveau marché force certaines entreprises à revoir leurs stratégies de contenu face aux changements d’habitudes de consommation. Afin de vous aider à vous positionner dans ce nouveau marché avec du contenu pertinent, nous vous présentons quatre idées qui ont retenu notre attention. 

1. L’achat local est sur toutes les lèvres, peut-être trop?

L’année 2020 est certainement l’année pendant laquelle nous avons entendu le plus parler d’achat local. Notre premier ministre nous a répété son importance pour l’économie de la province, les Québécois ont répondu à l’appel, toutes les marques en ont fait la promotion et maintenant, la population a envie qu’on leur parle d’autre chose! Selon les données de l’Étude bleue : portrait de la consommation locale au Québec, présentée lors du Sommet par Christian Bourque de Léger, le tiers des répondants chez les 18-34 ans en a assez d’entendre parler d’achat local. L’étude stipule aussi que depuis mai 2020, 75% de tous les répondants achètent local pour supporter l’économie. Par contre, seulement 27 % des répondants achètent des produits alimentaires d’ici parce que ce sont des produits de meilleure qualité. Cette nouvelle donne est donc un élément à prendre en considération dans sa stratégie de contenu. On peut parler d’achat local, mais pas que, et surtout, il faut faire valoir d’autres arguments pour se démarquer. 

2. Manger local pour la qualité!

Il y a effectivement d’autres valeurs motivant l’achat local et c’est ce que Alain Giguère de Crop nous a partagé dans sa présentation : L’achat local au Québec : comment convertir les consommateurs. Les produits d’ici sont gage de qualité et il faut le faire savoir aux consommateurs. Il faut partager l’expertise et le savoir-faire des entrepreneurs en alimentation et rendre ce contenu intéressant et accessible. Selon l’Étude bleu de Léger, 70% des consommateurs et consommatrices trouvent qu’il est difficile de repérer les produits locaux en magasin. De plus, 74% de la clientèle avoue que le prix est le principal frein à la consommation locale. Donc, pour justifier le prix d’un produit, il faut faire valoir sa qualité et il faut faire vivre une expérience au consommateur avec le produit. Selon Alain Giguère de Crop, les adeptes des produits locaux sont très friands d’expériences ritualisées. Chez Cervidés, nous croyons que ce gage de qualité, cette expérience et le rituel peuvent entre autres être transmis par le bon contenu.

3. Manger local et raconter une histoire!

Selon l’étude présentée lors de la conférence d’Alain Giguère, président de Crop, 31 % des québécois pensent qu’il est primordial d’encourager les produits de fabrication locale, même si on doit les payer un peu plus cher. Par contre, il souligne que ces consommateurs sont exigeants, et qu’il il faut savoir comment toucher à leurs cordes sensibles. Une d’elles est l’authenticité.

«On achète l’histoire autant que le produit. L’expérience de la marque inclut son histoire. Il faut donc raconter son histoire, la faire connaître. S’en servir pour légitimer la pertinence de l’offre. Il faut vendre le mythe fondateur, l’histoire autant que le produit ou le service lui-même.»

Alain Giguère, président de Crop

Nous avons reconnu dans ces affirmations notre vision du contenu chez Cervidés. Nous pensons qu’en racontant l’histoire des gens derrière des produits, les consommateurs auront davantage envie de les acheter. Un bon contenu, c’est une bonne histoire qui suscite une émotion et un sentiment d’appartenance avec la marque.

4. Manger local, c’est exotique!

Dans sa présentation Marketing alimentaire : comment mettre en valeur la portée identitaire d’une produit, Alex Cruz, d’École-B nous a parlé du concept d’exotisme local. Pourquoi manger des courges ou de l’huile importées alors que nous en avons ici? Il faut faire savoir aux consommateurs et consommatrices que nous avons toutes les ressources nécessaires pour avoir un garde-manger 100% local, original et délicieux. Ce n’est pas parce que ça vient de chez nous que ce n’est pas exotique, au contraire! Il faut développer de la fierté pour nos produits et partager comment les savoir-faire qui y sont reliés s’inscrivent dans notre patrimoine culturel. Par exemple, avec un nouveau produit tel qu’une eau gazéifiée, pourquoi ne pas partager dans sa stratégie de contenu l’histoire des sources minérales québécoises qui autrefois faisaient déplacer de riches Américains? Un produit local c’est aussi toute l’histoire avec un grand H qui ne demande qu’à être racontée.

Ça tombe bien, chez Cervidés, raconter des histoires pertinentes et humaines, c’est notre expertise. Si vous souhaitez revoir votre stratégie de contenu pour parler d’achat local mais autrement, contactez-nous

Crédit photo : Daphné Caron

Infolettre